Introduction

Je suis agronome pour une grosse entreprise financière agricole qui s’occupe de plus de 250 000 acres (100 000 hectares) en Europe de l’est avec des cultures qui consistent principalement de betteraves sucrières, de colza, et de maïs. J’ai quitté le Canada pour travailler dans cette compagnie début 2010, où j’ai été chargé de la mise en place de nouvelles technologies et de la standardisation de leurs processus opérationnels. Je voyage souvent entre l’Ukraine et la Russie.

Gérer des fermes pour les entreprises de culture des terres

Notre entreprise a effectué des recherches, puis sélectionné trois systèmes de gestion de ferme que nous avons testés en 2012. Nous avons acheté et installé les trois dans des fermes variées, allant de dix à douze mille acres (4500-5000 hectares) chacune, avec assez de données historiques sur chacune d’entre elles pour nous permettre de comparer les résultats de chaque système lors de la saison 2012-2013 aux récoltes précédentes.

Le système que nous avons choisi à la fin de ce processus est Cropio, un système de gestion de ferme qui utilise la technologie satellite, et qui nous a permis d’avoir une augmentation de 15% des récoltes pour les cultures majeures. Ce système a un nombre d’avantages compétitif qui améliorent considérablement sa fonctionnalité.

Historique des schémas de végétation et analyses des récoltes

Notre entreprise a observé la productivité des années précédentes de chaque champ et les a comparé avec des champs de même catégorie. Le système Cropio donne l’historique de la végétation jusqu’à dix ans avant. Nous avons séparé les champs avec une végétation permanente et des résultats en dessous de la moyenne en deux groupes : un avec les champs à reliefs spécifiques, et un avec tous les autres champs. Les champs à reliefs spécifiques ont été corrélés avec les exercices décrits ci-dessous.

Nous avons utilisé l’option proposée par Cropio, qui consiste en une carte de pente très précise sur les champs à reliefs spécifiques, et nous avons mis les champs avec des pentes de plus de cinq degrés en jachère.

Dans les zones ou champs avec des pentes de cinq degrés ou moins, nous n’avons pas planté de récoltes d’hiver, pour empêcher l’érosion causée par la fonte des neiges. Nous avons également utilisé du blé de printemps avec des racines plus longues, ou des variétés adaptées aux terrains pentus, où la rotation des cultures était possible. Même si nous n’avons pas pris de mesure particulière pour prévenir l’érosion, nous avons utilisé un semoir sur chaque pente pour ne pas devoir creuser de fossés ou retenir l’eau, ce qui nous a beaucoup aidés.

Analyse des variétés de culture.

Notre entreprise a étudié des cultures variées cultivées dans un groupe de champs et a mesuré les différences entre les récoltes de chaque variété de culture et celle des terres principales (groupe de champs). Nous n’avons gardé que les deux variétés les plus performantes de chaque culture, avec l’addition d’une variété de blé de printemps adaptée aux pentes comme mentionné plus haut.

Analyse des conditions des cultures d’hiver.

Le système de gestion de ferme de Cropio propose des mises à jour fréquentes sur les conditions des cultures dans les champs grâce à des images satellites basse résolution de façon quotidienne, et des images haute résolution une fois par semaine (selon les conditions météorologiques). De cette façon nous connaissions l’état général des cultures d’hiver avant d’aller dans les champs en personne. Au fur et à mesure que nous recevions les images haute résolution, nous les faisions passer aux fermiers pour qu’ils puissent voir les dommages causés aux champs. Un certain nombre de ces champs furent immédiatement réensemencés avec des cultures de printemps et le reste fut laissé en observation. Lors de la seconde application de fertilisant, du nitrogène fut ajouté.

Gestion des zones défaillantes et des champs à mauvaise performance.

Les utilisateurs du système de gestion de ferme de Cropio peuvent recevoir des notifications quand la végétation d’une zone du champ a un écart de 15% par rapport au reste du même champ. En toute honnêteté, nous n’avons pas réussi à utiliser cette fonction correctement. En général, ces notifications ont tendance à arriver en plein milieu d’un autre processus et ces conditions peuvent avoir changé quand un des utilisateurs a finalement le temps de s’occuper de ces notifications.

Pour cette raison, nous avons établi un rapport hebdomadaire de tous les champs avec une mauvaise performance. Des analystes furent chargés de créer un rapport ou un compte-rendu pour chaque agronome, toutes les semaines. Ces agronomes rendaient alors visite aux champs à mauvaise performance, trouvaient les raisons des mauvais résultats, et prévoyaient des étapes détaillées pour obtenir une amélioration de ces résultats. Des listes de tâches étaient alors créées par les analystes, qui surveillaient les progrès de chaque champ en besoin d’une intervention plus directe. Ce processus a grandement contribué à notre augmentation de productivité, parce que nous savions immédiatement quel champ comportait une végétation anormale et nous pouvions réagir de façon appropriée.

ATV (Application à taux variables)

Le système Cropio permet aux utilisateurs de créer leurs cartes des champs ATV (Application à Taux Variables) en respect avec l’application de nitrogène, en utilisant les images satellites et le déficit en nitrogène actuels. Nous n’avons pas pu tester cette fonction pour différentes raisons, mais surtout par manque d’équipement adapté. Toutefois, nous avons comparé la quantité de nitrogène recommandée par le système Cropio avec celle d’un autre système, avec un résultat recommandé de 13% de moins. Lors des saisons à venir, nous essaierons d’utiliser cette marge aussi.

Fonction prévision de récoltes

La fonction prévision de récoltes de Cropio a été utilisée, pour commencer par les champs les plus secs, puis ceux qui contenaient encore des grains humides. Nous n’avons pas toujours pu suivre les recommandations de Cropio, mais dans l’ensemble, nous avons été capables de structurer notre travail de récolte de façon efficace, et garder le grain sec séparé des grains ayant besoin de plus de traitement.

Au final, nous étions très satisfaits :

–          Chaque système a eu pour résultat une productivité accrue, entre 2 et 18%, ce qui variait selon la culture et la variété ;

–          Le meilleur système a permis une hausse de 13 à 18% des récoltes pour les cultures et les variétés que nous avions comparées, mais au même coût par acre, ce qui était primordial pour nous ;

–          Les expériences que nous avons effectuées nous ont aidés à repérer plusieurs désavantages de certaines technologies que nous utilisions déjà, et nous avons donc pu faire plusieurs changements aux méthodes que nous utilisons maintenant ;

–     La prochaine saison nous offrira de nombreuses opportunités de faire des améliorations, comme des prévisions météorologiques précises pour chaque champ, des ATV, et activer le suivi GPS et les systèmes de gestion de ferme, avec d’autres fonctionnalités.

Enfin, je voudrais insister sur un dernier point important : aucun système de gestion de ferme ne fait de miracles. Les utilisateurs doivent comprendre tous les systèmes et faire un effort réfléchi pour utiliser cette technologie de manière efficace, mais ça en vaut la peine. Dans ma situation, les agronomes de terrain ont résisté à mes efforts, parce qu’ils avaient l’habitude de travailler d‘une certaine façon et hésitaient à en changer. En dépit des obstacles, nous avons réussi à faire fonctionner les choses.